les 12 facettes de la coopération


1. L'outil "FreeMind" : carte heuristique
(version plus récente : FreePlane)
Atelier de construction de la carte en 3 groupes séparés sur la question: quels sont les freins et les facilitateurs pour un réseau ?

Recherche de définition:
heuristique, Sens B (voir http://www.cnrtl.fr/definition/heuristique)
  • 1. LOG., MATH., Qui procède par approches successives en éliminant progressivement les alternatives et en ne conservant qu'une gamme restreinte de solutions tendant vers celle qui est optimale. Méthode heuristique p. oppos. à méthode algorithmique.
  • 2. ENSEIGN., Qui consiste à faire découvrir par l'élève ce qu'on veut lui enseigner.
Note : eurisko = eureka , je trouve
Restitution - Laurent
Faire ressortir les "pépites" de chaque groupe pour les intégrer dans un schéma freeplane collectif
"Aveuglement paradigmatique" : quand on a une spécialité, on la montre - Plus on est spécialiste plus on est aveugle (ou aveuglé)
Mais une personne seule ne peut pas tout voir
Un animateur doit savoir disparaître, et n'aura plus besoin d'être
Gare au gorille !


Rôle de l'institution:
un frein mais peut aussi permettre l'innovation
le réseau doit savoir contourner les freins

Cas des réseaux géo de la DGER : adéquation aux besoins
le besoin est des infos sur le pays, des lieux de stage, la sécurisation des stagiaires

Laurent: à ce stade, on voit que les outils informatiques ne sont pas nommés = c'est révélateur du fait qu'un réseau fonctionne d'abord sur des hommes
intérêt des outils: gagner du temps pour passer plus de temps sur les relations humaines qui sont le terreau du réseau

L'animateur de réseau: quelle place ? quel rôle ? leader ? coordinateur ?
Est-il possible qu'un réseau fonctionne si l'animateur est merdique ?
Finalement, qu'est-ce qu'un réseau ? qu'est-ce qui le différencie des autres organisations humaines ?

Les différents groupes de travail (diapo Laurent) :
distinction entre le groupe de travail (production de résultats), la communauté (rassembler des personnes autour de de pratiques) et le réseau (importance des interrelations)

Café ! (10 h 30-11h)

2. Les 12 facettes de la coopération (Laurent Marsault) --> Questionnaire de la FING
Diaporama disponible sur : http://outils-reseaux.org/ContenuAnimation
Appui institutionnel au réseau : c'est très spécifique à l'EA
- cas leader charismatique de Tela Botanica
- si le leader met la barre très haut (maladie de "réseau-man"), alors c'est un obstacle

Les niveaux d'organisation (voir diapo)
i-L'auto-organisation (n'existe pas sauf cas fourmis, termites...)
Le coordinateur doit avoir conscience du collectif, mais les gens eux n'en n'ont pas conscience.
ii-intelligence en essaim ("stigmergie") - notion d'intelligence collective
iii-coordination des intelligences ()
iv-......

Fléches montantes et descendantes: :
* Montante:
  • * la transparence
  • * mettre la colère comme point de discussion et de ré-organisation
* Descendante (empêchent de monter):
  • * Collectif : le non-dit (ie absence de transparence)
  • * individuel : la peur et la colère
  • * peur : de la pagaille, de la non prévisibilité

Exemple de la recherche (CNRS, universités) : passage dans les années 1980 :
* d'une évaluation à l'estime : reconnaissance par les pairs et par un groupe (favorise la coopération)
* à une évaluation par le nombre de publi de rang X : compétition, le nb de pubn interdisciplinaires diminuent ; on détruit une caractérisque importante


"Une stratégie par l'abondance" (diapo) : concept très important, paradigme
commentaires de la matrice : Rareté Abondance
  • Prévision Non prévisibilité
(on est formaté dans des systèmes : gérer la rareté par la prévision - mais très peu : gérer la non prévisibilité par l'abondance)
Cas du métier de documentaliste : avec internet, l'abondance !
Territoire: rareté de ressources = plan de développement en cherchant à optimiser la valorisation de la ressource
Désormais, abondance d'infos = pas de nécessité de planifier
Environnement est passé de prévisible à l'imprévisible = difficile de planifier = fait peur !
Modèle économique actuel est basé sur la valeur ajoutée de la rareté dans un monde d'abondance = les commerciaux cherchent à créer artificiellement de la rareté pour vendre mieux (ex en informatique)
Dans un monde de rareté, ce qui permet de prévoir (gérer la ressource), c'est la planification
Dans un monde d'abondance, ce qui permet de gérer la non prévisibilité, c'est la coopération = sortir ce qu'il y a de mieux pour l'intérêt général dans l'abondance d'idées, de savoirs et de savoir-faire

Boulot d'un animateur: créer des situations d'abondance pour favoriser le partage

L'expertise (individuelle) est devenu impossible face à la complexité - et on ne devrait pas l'opposer à l'intelligence collective
Cours de bêtise à l'ENA : si la personne est confrontée à des problèmes
"bêtise = épaisseur de l'intelligence" - plein de solutions (de + en + bête) qui s'ajoutent et la question est alors de relier sesses solutions aux problèmes
Réalité : 2/3 de chaos, de bazar - 1/3 d'ordre

Une personne seule ne peut trouver de solution qu'à un problème moins complexe que sa propre intelligence

Degré constant d'implication des membres d'un groupe:
Inactif - Observateur - Réactif - Proactif : 1000-100-10-1
Ratio constant dans tous les groupes sauf les plus petits (difficulté d'être simplement observateur à 10 personnes).
Mais les rôles changent dans le réseau suivant les moments, le niveau d'implication varie dans le temps : les proactifs deviennent observateurs, etc... et sans inactifs, un réseau n'existe pas !!!

"Faciliter l'implication" (diapo) - il y a différents niveaux ::
Motivations Freins
- apprendre - problèmes de sécurité
- sentiment de travail bien fait - manque de confiance
- plaisir - ne pas pouvoir se désengager
- reconnaissance
  • Seuil: simplicité - réactivité
Un réseau doit permettre de partager des raisons de se motiver ensemble (raisons qui sont forcément diverses au départ, mais peuvent se rejoindre voire se compléter et démultiplier)

L'animateur de réseau fait des "chantiers chinois" : on se réunit pendant 1h sur un fichier pour le nettoyer, et une fois fini, chacun peut se désengager
Mais si les gens ont vécu une expérience irréversible de coopération, et ils ne peuvent se quitter sans une certaine frustration, qui génère une continuité de l'action coopérative. Cela montre qu'un engagement faible peut apporter et être "reconnu". Dans un réseau, il faut faire avec l'engagement que chacun peut ou veut y mettre. L'obligation et la contrainte sont souvent des raisons de désengagement.
Entre l'ordre et le chaos, les réseaux ont souvent 2/3 de bazar et 1/3 d'ordre. Certains veulent toujours développer de l'ordre, au risque de saccager l'esprit du réseau, puis le réseau lui-même.

Le questionnaire qui résume la présentation (12 p.)

Conclusion: L'animateur de réseau doit développer ses yeux de mouche.

C'est décidé, j'arrête l'animation de réseau, c'est trop compliqué pour mon intelligence !

Très interessant à voir : une collaboration sur tous les outils réseaux crée en carte heuristique On peut cliquer sur les liens de site et accéder aux pages. http://www.mindmeister.com/fr/12213323/best-online-collaboration-tools-2010-robin-good-s-collaborative-map#