Jeudi matin : les 12 facettes de la coopération


Intervention de Laurent Marseault de l'association Outils réseaux
Historique de l'association outils-reseaux.org
sur le site http://outils-reseaux.org/ContenuSFormation
aller sur l'onglet : savoir à partager puis outil de formation : infos sur concept, méthodologies, tutoriels techniques
Prezi de PRESENTATION sur les réseaux consultable sur le site et dans la rubrique Support du wiki

Evolution du réseau : maturité

  • Caractéristiques du réseau : contraintes externes (opposition avec l'exterieur ou pas...), prise de conscience, modes de pensée .... à plusieurs, tâches de coordination, maturité du groupe, taille du groupe (entre 16 personnes et 16000....), vocation du groupe (production, observation....),
  • Schéma sur les 3 stratégies rareté prévision abondance non prévisible
  • Il y a des réseaux putrides c'est parce que l'on est en réseau que c'est bien, le pourquoi doit être discuté et affirmé. La finalité doit être interrogée en permanence
Faire un réseau collaboratif.... POUR.... l'objectif est fondamental, il faut le rappeler souvent aux membres.
  • schéma de la création d'un réseau : d'un collectif chaotique la communauté se forme autour d'un objet commun partagé
partir d'un groupe à partir d'un OBJET partagé, il va se créer un groupe commun : objet commun dépasser le titre et voir les aspirations historiques, thématiques des participants (à clarifier)
penser à regarder si d'autres n'ont pas déjà travaillé sur le sujet , qu'est ce qui singularise notre réseau.
l'outil de travail du groupe : est il ouvert à d'autres ? nous permet-il d'être visible de l'extérieur ??
réseau institutionnel qu'est ce que l'institution attend de notre réseau ??
  • Notion de frontière /territoire sur lequel le réseau agit / perméabilité de la frontière/membrane
qui dit "réseau" dit "lien faible" : les gens vont et viennent
cartographie des compétences, faire vivre une Petite Expérience Irréversible de Coopération
Pas de reseau sans partage....faire vivre des petites expériences réversibles de solitude et de petites experiences irreversibles de cooperation.
Si blocage par rapport à mettre du contenu ouvert alors présenter le groupe comme groupe expérimental et de donner la fonction de validateur aux personnes qui veulent mettre des mots de passe partout, conséquence si le réseau produit beaucoup la personne vivra une expérience réversible de solitude. Certains pensent que si tu partages tu meurs
  • Passer d'une pédagogie de l'intention à une pédago de l'attention.
  • Liste de discussion pour relever et synthétiser un bien commun puis le rendre visible. Dans une liste de discussion, demander des synthèses (copier-coller pour une synthèse de niveau 1) des échanges augmenter la richesse des synthèses niveau 1 puis 2 (structuration) puis 3 (liens...)
  • La communauté s'informe : émergence des thèmatiques : espace de discussion plus spécifique : le rendre visible pour les nouvelles personnes..... comment insérer une nouvelle personne? outil fermé : fragmente , outil ouvert : de nouvelles personnes arrivent.
  • Il faut que le réseau puisse produire des choses dès le début, ne pas attendre trop longtemps
  • Il faut faire émerger des thématiques et les rendre visibles. Plus on est sur des thématiques pointues, plus on intéresse des personnes à l'autre bout du monde. Pour être lieu d'excellence, il faut le montrer.
  • Réseau ouvert ou fermé à poser dès le début et les productions doivent être sous licence Creatives commons CC-BY-SA avec notion de bien commun : lieu d'excellence à protéger
  • Service public et notion de Bien commun. Revenir sur la finalité du réseau et des groupes, nécessité de travailler sur les modèles économiques en Creatives commons
  • Idée que ce qui est gratuit à moins de valeur donc freins à la notion de libre
richesse partagées et gratuites
  • Le réseau est un lieu d'innovation sociale et économique
  • Si on raisonne à court terme, la concurrence entre dans une logique de survie. Logique de vision à long terme : logique de coopération (créer de l'abondance : écosystème d'abondance )
Savoir dans quelle société on veut vivre : du partage de l'humanité (partage du savoir Creatives Commons) ou de la fermeture, individualisme = perte, déclin à long terme...
  • Faire de la veille sur les ressources que l'on met à disposition. En utilisant par exemple Google Alerte : à partir d'une phrase clé de nos ressources "xxxxxxx". Google Alerte nous envoie une alerte sur les sites sur lesquels cette phrase apparait et permet de repérer les usages que l'on a fait de nos productions
  • Mettre nos ressources en libre, permet de rendre nos expertises visibles
Notion de vision et projet partagé du monde
  • Des thématiques, on passe à des idées de projets. L'animateur est là pour faire communiquer les groupes projet entre eux. Ouvrir le dialogue entre groupes sur la présentation de points de blocage. Quels appuis méthodologiques entre groupes projet ?
  • Importance d'avoir de la porosité entre les différents projets qui émerge du réseau, expliquer ce qui se passe mais aussi faire lien ex présenter les points de blocage des uns et des autres et utiliser accélérateur de projet pour résoudre les problèmes des uns et des autres
  • Les contenus qui sortent du réseau sont meilleurs que ceux qu'un expert aurait produit seul. La reconnaissance extérieure permet que l'on soit sollicité par d'autres
  • N'oubliez pas que le réseau et ses productions doivent déjà être intéressants pour les membres et qu'il leur apporte quelque chose

Caractéristiques du réseau

implication des differentes personnes du réseau
  • Pas d'obligation dans l'implication (acte individuel et volontaire !) : création d'ecosystème d'implication : Il ne faut pas que le seuil pour pouvoir s'impliquer soit trop élevé (obstacles techniques, de compétences, de connaissances ..) Le seuil est maitrisé par l'animateur, facteurs de la motivation : avoir du sens pour moi , savoir que l'on a les capacités et on contrôle la situation. Montrer que le seuil est bas et aussi que l'on peut quitter le réseau quand on veut . Relancer le débat sur sa motivation d'être dans le réseau (il faut des moments en présence et des moments synchrones avec Etherpad....)
  • Freins : temps, charge de travail, famille, ressources, technique... dès qu'il existe un problème, on en parle. Quand qq s'en va le remercier de ses contributions, et demander pourquoi il part : rester attentif aux désengagements car cela donne des indications sur le fonctionnement du réseau.
  • Syndrome EPM "et puis merde !!" risque de contagion
  • Implication des personnes : inactifs 90%, observateurs 10%. Sur le groupe actifs : réactifs 9%, pro actifs 1% donc attention à la taille du réseau : plus le réseau est grand et plus il y a de gens qui participent. Pour être observateur il faut qu'il y ait des choses à voir
C'est important à expliquer aux décideurs
  • Enfermement lié à l'outil, First Class n'est pas un outil de réseau car il est fermé alors que pour avoir le plus de monde possible (richesse, dynamique ) il faut un système ouvert
  • Outils pour faire des listes de discussion (google groups, yahoo groups ... ) , blog pour envoyer de l'information dans un sens, donc il faut plein d'outils pour plein d'usages
Prise de conscience
Prise de conscience de la notion de réseau : auto-organisation ou intelligence en essaim
Intention du coordinateur: outils et conscience
les membres ont conscience d'être dans un réseau : conscience individuel
tous les membres doivent avoir conscience d'appartenir à un reseau, collbaration : conscience collective : fonctionnement différent, ensemble
Des freins : le non-dit pour le collectif, de façon individuel jouer sur la peur et la colère.
  • Apprendre à trier l'info , donner les outils pour le faire , une seule personne ne peut le faire -, apprendre aux gens à veiller collectivement
  • Comment traiter le renouvellement des membres du réseau ? Les gens qui ont commencé (avec leur vision, et qui auront vécu toutes les étapes) et les gens qui arrivent n'ont pas le même cheminement, ni forcément la même vision : importance de prévoir l'intégration des nouveaux membres.
Taches de coordination
Tâches critiques :
  • définir les objectifs et les rappeler régulièrement :
tous les deux ans par exemple et le dire!
  • être la mémoire :
comment organiser la fonction de mémoire ? Capitaliser et organiser la mémoire et la synthèser : visible sur le blog, le site ou dans un espace dédié
  • faire converger les choses :
  • faciliter l'implication :
au début animateur, puis collectivement (si un défaillant donc de fait pas grave ..)
  • tache obligatoire, critiques :
nom du domaine, rapport... qui? intelligence collective pour comprendre les mécanismes, les enjeux porté collectivement
  • identifier les taches restantes :
répartition, trace des bonnes idées... lisible pour les nouvelles personnes...
  • faire des choix :
comment choisir les actions à mener ? hiérarchiser les actions celles qui demandent le moins d'énergie pour le plus grand effet pour le groupe
  • montrer le groupe à l'extérieur :
valorisation
  • montrer au groupe ses actions :
les actions finies. ON a REUSSI! Trouver des actions à temps limité
  • vérifier la réponse aux besoins:
demande de départ (interne, externe)est-ce qu'il répond toujours aux besoins des membres?
  • accepter un peu l'incohérence :
la tragédie des 3 C (Kurt Gödel) un système ne peut pas être à la fois, complet, complexe et cohérent : soit on fait un système simpliste (2 camps), soit on a un système incomplet (qui décide pour le décideur), soit on accepte une part d'incohérence. on accepte de lâcher prise .. faire une action en acceptant que l'on a que deux approches (l'un des 2 C) et la troisième se réalisera lors de l'action.
site : cornu.eu.org/news/la-tragedie-des-3-c
livre : revue Terrain n°58 "pourquoi cooperer?"
  • mode de pensée


Linoit.com outil qui permet de faire des ateliers comme Post it sur tableau liège virtuel et garder des traces, le faire évoluer.
Notion des widgets qui permettent de récupérer des outils dans une structure qui les collecte comme un wiki ou blog.